Pouilleux millionnaire : Agréablement dépaysées

Après le succès du roman Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire, écrit par Vikas Swarup, le film Pouilleux millionnaire n’arrête pas de remporter prix, après prix, dont celui du meilleur film aux Oscars en 2009. Il ne suffit que de visionner celui-ci pour comprendre d’où sa renommée lui vient.

Depuis qu’un simple serveur indien provenant des bidonvilles a remporté le gros lot au jeu télévisé Qui veut devenir millionnaire?, tout le monde se pose la même question : comment est-ce possible ? Savait-il vraiment toutes les réponses ou a-t-il triché ? Jamal (Dev Patel) devra prouver son innocence en racontant son histoire où drame, comédie et romance se marient à la perfection.
Capture d’écran 2015-11-12 à 21.56.10

Jamal, à l’émission Qui veut devenir millionnaire?

En tant que lectrices de l’oeuvre originale, les premières minutes du film sont déjà assez surprenantes. Les personnages semblent en général être les mêmes, l’histoire se déroule toujours en Inde, mais pourtant on ne reconnaît que très peu le roman. En effet, on se rend assez vite compte que le réalisateur, Danny Boyle, ne s’est pas simplement contenté de reproduire une oeuvre déjà existante au cinéma, il a voulu nous faire vivre une expérience cinématographique unique, riche et enrichissante. De cette façon, même après l’avoir lu, les émotions et le suspense restent présent, nous permettant de rester captivé par ce film. Entre autres, ces changements permettent de donner une quête à Jamal : c’est-à-dire, celui-ci doit chercher Latika  (Freida Pinto) afin de la retrouver et de la protéger. De plus, cette quête a ajouté une touche romantique au film. Grâce à un jeu d’acteur impeccable, des lieux à en couper le souffle et une trame sonore des plus entraînantes, malgré tout, l’essence même du récit original est toujours là que ce soit sur le plan culturel et en élargissant nos horizons tout en dénonçant des réalités d’actualité. Cependant, il y a des passages, notamment celui à l’école des infirmes, que nous censurerions pour les coeurs sensibles.

Jamal enfant, dans les bidonvilles

À la suite de la lecture de critiques sur le film, on peut élaborer une tendance et comprendre que les personnes ayant exprimé une opinion négative sur le film étaient en grande partie des Indiens. En effet, ceux-ci étaient mécontents de la vision qu’on avait de l’Inde dans le film, c’est-à-dire qu’on décrivait une foule de préjugés qui ne représentent pas autant l’Inde actuelle. Cependant, le film avait comme but de dénoncer des réalités tristes et frustrantes, pas de publiciser l’Inde comme destination voyage. Ces critiques n’ont pas été objectives en commentant à propos des préjugés de leur pays, et ils n’ont pas su prendre du recul afin d’écrire une appréciation du film, et non de l’environnement qui l’entourait. Nous avons beaucoup aimé le film ; nous partageons l’opinion de la majorité des personnes ayant visionné celui-ci. Nous avons trouvé intéressant de voir une réalité à laquelle nous ne sommes pas habituées et de faire une réflexion sur nos propres conditions de vie par la suite. Cette histoire captivante nous a fait voir l’Inde sous un tout autre oeil grâce entre autres aux scènes où nous pouvions voir dans quel état lamentable plusieurs Indiens vivent.

Cliquez ici pour plus d’informations sur le film : https://docs.google.com/document/d/1jd6wksgGGNvnW7-0E-ogM8ZQVIrFZwwobfeAcIy826Q/edit

Sources :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s